Quatre Bleus en petite finale

Après la qualification mercredi de l’équipe de France arc à poulies pour la finale, quatre archers français tireront samedi pour le bronze : Jean-Charles Valladont et Mélanie Gaubil en arc classique et Pierre-Julien Deloche et Sophie Dodémont en arc à poulies. La France empoche du même coup quatre quotas individuels pour les Jeux Européens.

Valladont de retour
Il s’en est fallu de peu pour que Jean-Charles Valladont ne brigue un deuxième titre européen consécutif. L’archer de Nîmes a réalisé un beau parcours en se qualifiant pour la petite finale qu’il disputera samedi face à l’Ukrainien Ivanytsky.
Après deux matches remportés nettement en 1/16 et en 1/8 de finale, Valladont avait sur sa route la tête de série numéro 1 le jeune Turc Mete Gazoz, l’homme en forme du moment, vainqueur des Jeux Méditerranéens et de la 4ème étape de Coupe du Monde à Berlin, et qui était aussi son adversaire de la finale des Championnats d’Europe 2016. Sur ses deux premiers matchs, Gazoz avait frôlé l’élimination, notamment en 1/16 de finale face à Marco Galiazzo où il l’avait emporté au terme de trois tirs de barrage, un fait suffisamment rare en tir à l’arc pour être souligné. Après avoir laissé filer le premier set, Valladont entrait véritablement dans son match. Le deuxième et le troisième set partagés à 29 et à 30 points, Valladont était dos au mur, mené 4-2. Une nouvelle volée à 29 contre 27 au Turc, lui permettait de revenir à 4-4 avant de conclure à 27 points tandis que Gazoz lâchait un 6 sur la dernière volée. Une belle victoire pour JC qui lui ouvrait la porte de la demi-finale face au jeune Moldave Dan Olaru. Une nouvelle fois, le match fut très serré et seulement conclu au 5ème set. Valladont ouvrait avec un 7 tandis qu’Olaru tirait rapidement ses trois flèches totalisant 28 points et s’assurant la victoire. Score final 6-4.
Olaru sera opposé à Steve Wijler en finale, tandis que Valladont tirera pour le bronze contre le tombeur de Thomas Chirault en ¼ de finale, l’Ukrainien Ivanytsky.
Chirault, 2ème des qualifications mardi, était pourtant bien parti en remportant ses deux premiers matchs 6-0. En quart de finale, plus crispé, il n’est pas parvenu à mettre son tir en place, s’inclinant 6-4 face à Ivanytskyy.
Pierre Plihon, après avoir franchi aisément les 1/16 de finales, a buté en 1/8 face Hunbin (UKR).

Jean-Charles Valladont
« Ce matin, comme d’habitude, j’ai eu du mal à me mettre dedans, psychologiquement, en ce moment, mon principal adversaire c’est moi. Une fois que le rythme était là, cela s’est bien passé. Ca fait deux mois que tout le monde suit les bons résultats de Gazoz, quelque part cela m’a donné une motivation supplémentaire face à lui. Un match ça passe tellement vite… La demi-finale n’a pas été facile, il y avait un peu plus de vent et je savais qu’Olaru n’allait rien lâcher. A 4-4 on a cliqué en même temps et j’ai coupé mon tir un peu vite. Ma flèche est partie au 7 à gauche. Après je termine avec deux 10 mais c’était trop tard. Globalement, je suis satisfait de mon parcours ce matin. Cette saison je n’ai quasiment pas gagné de match. C’est sûr que j’aurais été content d’aller en finale pour essayer de remporter un deuxième titre consécutif, maintenant je vais tout faire pour aller chercher le bronze. »  

Gaubil s’offre sa première finale européenne
Chez les femmes, deux Françaises étaient en lice au stade des 1/16 de finales, Mélanie Gaubil et Océane Guy. Opposées à leurs tombeuses de l’épreuve par équipe les Danoises Randi Degn et Maja Jäger, elles ont connu des fortunes diverses ; Gaubil l’emportait 6-2, tandis que Océane Guy, malgré un bon match dans lequel chaque set se jouait à 1 point, s’inclinait 6-2.
Au tour suivant Gaubil enchaînait avec une nouvelle victoire 6-2 face à la Russe Balsukova. Le quart de finale face à Gabriela Bayardo (NED) fut très disputé. Menée 4-2, Gaubil revenait à 4-4 grâce à une volée parfaite et remportait le cinquième set pour gagner sa place en demi-finale.
A nouveau, la Française allait subir comme sa coéquipière Océane Guy, la loi de la championne du Monde de 2013 Maja Jäger, sur le score sans appel de 6-0.
Pour sa première participation aux championnats d’Europe Mélanie Gaubil s’offre une place en petite finale qu’elle disputera samedi face à la junior turque Yasemin Anagoz. L’occasion d’ajouter une ligne à son palmarès bien garni chez les jeunes avec une médaille d’argent aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2014 et une médaille de bronze aux Mondiaux Junior l’an passé.

Mélanie Gaubil
« Hier après le tir par équipe j’étais déçue d’avoir perdu d’entrée. J’ai bien discuté avec Aurore (Aurore Trayan - l’entraîneur national) sur le fait que je devais me faire confiance. Ma saison n’a pas été fantastique. Je suis contente de mon parcours. Je me dis qu’arriver en petite finale des championnats d’Europe, LE championnat de l’année, ce n’est pas si mal et que le travail finit par payer. »

Arc à poulies : Deloche et Dodémont au rendez-vous
Dans le tableau masculin arc à poulies, on savait que tous les duels dès les 1/16 de finales allaient être serrés et une nouvelle fois ce fut le cas.
Jean-Philippe Boulch, exempt des deux premiers tours après sa 6ème place des qualifications, sortait dès son premier match face au Suisse Patrizio Hofer 146-145, tandis que Sébastien Peineau, Pierre Julien Deloche et Sophie Dodémont franchissaient ce premier cap.
En 1/8 de finale Sébastien Peineau toujours un peu gêné par une contracture à l’épaule depuis le début de la compétition, s’inclinait face au Russe Bulaev 148-146, tandis que PJ Deloche arrachait son billet pour les quarts face au Croate Vavro après un match conclu à 147-147 et départagé au barrage X-10. Sophie Dodémont, avec un magnifique finish à 30-30-29, s’imposait face à l’Allemande Kristina Heigenhauser.
En quart de finale, Pierre-Julien Deloche avait un adversaire de taille en la personne de Mike Schloesser qui venait d’enchaîner ses deux premiers tours à 149 et 150 points. C’est à ce moment-là que le vent allait devenir plus gênant pour les archers et où Deloche est parvenu a mieux gérer les conditions que le numéro 1 mondial. Schloesser débutait avec une volée à 28 points contre 29 à Deloche, un avantage de 1 point que le Français allait réussir à conserver pour l’emporter 145-144. Deloche accédait ainsi à la demi-finale contre le Russe Bulaev, tombeur de Seb Peineau en huitième. A égalité à 116 points avant les trois dernières flèches, c’est finalement Bulaev qui l’emporte 145-144. Deloche sera opposé samedi à l’Italien Federico Pagnoni, tandis que le titre se jouera entre Sergio Pagni et Anton Bulaev.
  

Sophie Dodémont, quant à elle, retrouvait la Néerlandaise Jody Vermeulen, son adversaire de la finale de la Coupe du Monde à Berlin. Solide malgré le vent, Dodémont l’emportait 144-139 pour retrouver la numéro 1 mondiale Yesim Bostan (TUR) en demi-finale. Ce duel fut le plus relevé hommes et femmes confondus chez les arcs à poulies, avec au final la victoire d’un petit point pour la Turque 147-146. Samedi Yesim Bostan sera opposée à l’Espagnole Andrea Marcos pour la médaille d’or et Sophie Dodémont disputera sa petite finale face à la Danoise Tanja Jensen.

Pierre-Julien Deloche
« Je ne suis pas arrivé ici très prêt. En me classant 24ème des qualifications, je savais que j’allais vite rencontrer des types bien classés. D’avoir tiré les deux premiers tours, cela m’a bien mis dedans. Ce matin, d’entrée, ça a été un match sous pression, j’avais besoin d’un 10 pour gagner. En huitième le Croate sortait d’un match à 149, il était confiant, mais ça a accroché. Je fais un 30 pour partir en barrage et ensuite je tiens longtemps ma flèche de barrage pour sortir un X pour passer en demi et gagner le quota pour les Jeux Européens. Contre Schloesser, le vent s’est levé. Tous les changements faits sur mon arc depuis le début de la semaine ont opéré et je me suis pris au jeu. J’ai su garder mon petit point d’avance jusqu’à la dernière volée. En demi, il y avait de l’intensité des deux côtés, j’ai puisé au fond de moi, mais cela n’a pas suffi. Je suis carrément content d’aller disputer cette petite finale en plus de la finale par équipe. C’est une belle récompense pour le travail qu’on a fait avec Seb Peineau cette année. »

Photos et texte : Service communication FFTA
Remonter