GP de Bucarest : Chirault, Plihon et Valladont font le job et seront à Minsk

Une journée très chargée pour les athlètes ce jeudi à Bucarest. L’équipe masculine, deuxième du tournoi de qualification obtient sa place pour les Jeux Européens. Le matin consacré aux éliminatoires individuelles a plutôt bien réussi aux Bleus.

L’enjeu du jour était le tournoi de qualification pour les Jeux Européens à Minsk (Ukraine) qui a eu lieu ce jeudi après-midi. L’équipe homme est parvenue à se hisser en finale, et donc récupérer un des deux quotas équipe mis en jeu. Le trio français réalise un bon parcours. Ils ont su se transcender pour aller chercher la victoire dans le match couperet face à la Turquie en demi-finale. Malgré un enjeu moindre, les Bleus s’inclinent en finale sur barrage face aux Pays-Bas.

L’équipe féminine peut nourrir quelques regrets. Un bon début sur les deux premiers matchs avant la demi-finale. Face à l’Ukraine pour aller chercher le quota, elles ne sont pas parvenues à hausser suffisamment leur niveau et s’inclinent 6-0. Au final, les Françaises terminent 4ème après une défaite face à l’Espagne pour la troisième place.

 

Dans l’épreuve individuelle ce matin, des résultats encourageants avec cinq athlètes tricolores qui atteignent les quarts de finale. Un constat à tempérer puisqu’aucun d’eux n’est parvenu à se hisser dans le dernier carré. En classique homme, Pierre Plihon prend la sixième place juste devant Thomas Chirault, 7ème, Jean-Charles Valladont est 33ème. Pour les femmes, Audrey Adiceom est 5ème devant Mélanie Gaubil 6ème, Lisa Barbelin se classe 33ème. En arc à poulies hommes, Christophe Doussot termine 6ème, Alexis Tombul 9ème tandis que Quentin Baraer est 17ème. En fin en poulies femmes, Clémence Fraignau prend la 17ème place et Sandrine Trémeau finis 33ème.

Ce vendredi, les archers disputeront le matin l’épreuve par équipe du Grand Prix de Bucarest. Suivra l’après-midi le tournoi de quotas individuel pour Minsk auquel les Français ne prendront pas part. En effet, les Bleus disposent déjà de tous les quotas en poulies et classique hommes et d’une place pour les femmes. Pour les classiques, le nombre de places est limité à un seul représentant pour les pays qui n’ont pas qualifié leur équipe, ce qui est le cas des Françaises.

Remonter