Rio 2016 - Tokyo 2020

Le billet du DTN, Benoit Dupin : de Rio 2016 à Tokyo 2020...

Toutes ces rencontres, ces projets élaborés, ces accompagnements réalisés ont contribué durant ces années à optimiser son talent et son travail pour faire de Jean-Charles Valladont cet expert en tir à l’arc, aujourd’hui médaillé olympique.

Pour la troisième fois, depuis son retour au programme des Jeux Olympiques en 1972, le tir à l’arc français gagne une médaille olympique aux Jeux de Rio.

C’était une grande satisfaction pour les dirigeants et les adeptes de l’époque de voir le tir à l’arc réintégrer le programme des Jeux Olympiques de Munich en 1972. Mais il a fallu attendre 20 ans pour qu’un jeune archer français ambitieux – Sébastien Flute - gagne la plus belle des médailles et devienne Champion Olympique en 1992 à Barcelone. Puis attendre encore 16 ans, pour que trois filles motivées (Virginie Arnold, Sophie Dodémont et Bérengère Schuh) réussissent à battre l’équipe de Grande Bretagne pour la quête toujours délicate, d’une médaille de bronze olympique en 2008 à Pékin. Le ministre de l’époque – Jean-François Lamour m’avait même confié après la victoire en petite finale, qu’il était temps que le tir à l’arc français empoche une breloque sous réserve de créer le doute sur sa capacité à gagner des médailles olympiques. En 2016, c’est-à-dire seulement 8 ans plus tard, Jean-Charles Valladont notre meilleur archer français emporte une médaille d’argent aux Jeux de Rio.

Jean-Charles Valladont a réalisé une grande performance aux Jeux Olympiques de Rio. Toujours pas sélectionné le 15 juin 2016 (un mois et demi avant la cérémonie d’ouverture), il a réussi le pari de sélectionner avec lui une équipe complète, de faire une bonne épreuve olympique par équipe (5ème) - au regard des résultats de leur saison et de leur classement mondial avant les JO (14ème par équipe) ; et malgré la déception relative de ne pas prendre une médaille par équipe, d’aller chercher une place en finale en donnant le meilleur de lui-même à chaque match. Il a juste fait une énorme prestation dans ce tournoi olympique ! il doit être largement félicité pour cela.

Je voudrais remercier ici tous ceux qui ont contribué, à un moment donné, à la performance de Jean Charles. Son premier entraîneur, M. Pascal De Grandis du club de Torpes qui lui a donné le goût du tir à l’arc et de la compétition, mais aussi les entraîneurs des pôles où il a été formé, Frédérique Musy à Dijon et Sébastien Tabard à Nancy. Il y a eu aussi Ludovic Cotry comme entraîneur national des juniors, LEE Tae Hoon notre entraîneur coréen et enfin Marc Dellenbach à l’INSEP, celui qui l’a entrainé et coaché dans sa quête olympique. Il y a son club de Nîmes qui a su créer les meilleures conditions de préparation pour l’aider à réaliser ses objectifs. Je pense aussi au soutien indéfectible de ses parents Laurence et Pascal Valladont qui l’ont toujours guidé et appuyé dans son projet. Anne Reculet de la DTN qui a été attentive à l’équilibre de ses projets sportifs et professionnels. Laurent Binello de France Archerie, son employeur, qui lui fait confiance et lui a libéré beaucoup de temps pour sa préparation. Et puis tout le staff au service de sa performance, Sébastien Flute en conseiller spécial et expert, Ladislas Dolecki en ostéopathe attentif et enfin les différents intervenants de l’INSEP qui le suivent depuis 10 ans. N’oublions pas ses deux compères Pierre Plihon et Lucas Daniel qui ont vécu avec lui cette belle quinzaine olympique. Ils ont été de bons équipiers, encore un peu tendres, mais très solidaires avec notre vice-champion olympique.

La communauté des archers doit lui en être éternellement reconnaissante, comme l’ont fait en leur temps les autres médaillés olympiques, avec cette médaille Jean Charles a mis le tir à l’arc français en lumière ! La présence du tir à l’arc aux JO constitue notre meilleur outil de promotion et de développement. L’occasion de médiatiser notre sport à l’échelle mondiale nous est offerte tous les 4 ans. Tous les français qui s’intéressent au sport en général et aux Jeux Olympiques en particulier, peuvent découvrir et suivre les épreuves de tir à l’arc à la télévision. Jamais nous n’avons eu autant d’exposition médiatique que lors de ces Jeux de Rio. C’est d’abord grâce à nos archers français et à leur performance. En étant présent sur les écrans de télévision durant 10 matchs (8 individuels : 6 pour Jean Charles, 1 match pour Lucas et 1 pour Pierre, plus 2 en équipe), le tir à l’arc a atteint des niveaux d’audience très élevés. Pour la journée du 12 août, c’est une moyenne de 2,7 millions de téléspectateurs qui suivent les épreuves des JO sur France 3 représentant une part d’audience de 24,3%. Dans cette soirée, le pic d’audience est constaté sur la finale Teddy Riner – 6,2 millions de téléspectateurs à 22h38, puis la médaille d’or d’Emilie Andeol en judo avec 5,6 millions à 22h04. Arrive ensuite la finale de Jean-Charles à 21h40 qui a été suivie par 4 millions de téléspectateurs. Il y aura moins d’audience pour les autres médaillés du jour (aviron, escrime et natation). Il faut aussi reconnaitre que pour eux, les heures de diffusion étaient moins propices à générer des parts d’audience élevées.

Après la médaille d’or remportée par Sébastien Flute en 1992 à Barcelone, notre fédération avait enregistré une progression de 18,2% de ses effectifs l’année suivante, et Sébastien avait tellement été médiatisé durant l’année post-olympique que nous avions repris 10,6% en 1994.

Il faut attendre 2004, pour retrouver un effet « olympique » sur les effectifs de la FFTA. A Athènes, l’équipe féminine termine à la 4ème place, les 4 matchs de l’équipe sont largement médiatisés et nous permettent de constater un effet sur nos licenciés : plus 12,7% (près de 7.000 licenciés supplémentaires). En 2008, la médaille de bronze de l’équipe féminine à Pékin, n’avait pas été suivie d’une plus forte augmentation de licences, plus 7,8% (4.700 licenciés). En 2012 à Londres, même sans médaille, nous avions constaté une bien plus belle progression, plus 10,8% (plus de 7.000 licenciés). Mais en ayant Gaël Prévost qui va jusqu’en 1/8, Bérengère Schuh en 1/4 de finale et l’attente de la médaille par équipe chez les hommes le premier jour des JO, la médiatisation a été plus forte et le tir à l’arc davantage suivi.

Combien serons-nous en 2017 ? Nous pouvons espérer passer le cap des 80.000 licenciés, nous devons pour cela accueillir un peu plus de 5.000 nouveaux licenciés. C’est d’ailleurs ce qu’a souhaité Jean-Charles Valladont auprès des médias à Rio, après avoir gagné sa médaille.

Ce sont nos clubs qui doivent maintenant se mobiliser pour dépasser cet objectif. Réserver le meilleur accueil à toutes les personnes qui souhaiteraient découvrir ou apprendre à pratiquer notre sport. Ensemble nous devons viser l’objectif des 100.000 licenciés et dépasser dès 2017 la barre des 80.000 licenciés. Sachons capitaliser sur cette belle médaille d’argent et sur la personnalité de Jean-Charles Valladont qui incarne très bien les valeurs de notre sport.

Billet publié dans le magazine "Le Tir à l'Arc" n°855 (octobre-novembre-décembre 2016)

En savoir +

Nos médaillés

Le tir à l'arc français a rapporté plusieurs médailles des Jeux Olympiques et Paralympiques : découvrez les athlètes qui ont été médaillés !
 

Les épreuves olympiques

Depuis 1972, les règles du tir à l'arc aux Jeux Olympiques ont connu de nombreuses modifications. Aujourd'hui, le tir à l'arc aux Jeux Olympiques comprend trois épreuves : individuelle, par équipes, double mixte.
 
Remonter