Deloche en finale !

Décidément le pas de tir de Shanghai réussit aux archers français. Après deux victoires successives en 2014 et en 2015 de Sébastien Peineau, pour cette édition 2017 Pierre-Julien Deloche disputera samedi la finale de l’épreuve individuelle arc à poulies face à la nouvelle étoile de l’arc à poulies masculin le Danois Stephan Hansen, champion du Monde en titre et actuel Numéro 1 Mondial.

Un autre Pierre-Julien...

Pour son retour en bleu, PJ est en pleine forme et très déterminé. Pour accéder à la finale il a disposé en 1/16 de finale du Salvadorien Roberto Hernandez 147-144, puis de l’Américain Braden Gellenthien 148-146 en 1/8, du Sud-Coréen Choi Yonghee 147-146 en ¼ de finale, la demi-finale sonnait comme des retrouvailles face à l’Américain aux multiples titres Réo Wilde, là encore le Français tenait bon et l’emportait 146-145.
A noter que Pierre-Julien Deloche avait pris la 2ème place de cette épreuve en 2014.

Fabien Delobelle était également en compétition sur cette journée de vendredi. Il s’est incliné dès les seizièmes de finales face à l’Australien Patrick Coghlan 148-146.
Pour le week-end des finales, il reste deux médailles à aller chercher pour l’arc à poulies français, l’or pour Pierre Julien-Deloche et le bronze pour l’équipe masculine (Deloche-Delobelle-Genet) qui auront pour adversaires les Américains.

Pierre-Julien DELOCHE

"C’était très tendu. Il fallait être précis, stratégique et attentif en permanence. Les matchs se jouent sur des détails. Il ne faut pas se laisser emporter par la routine de la performance. Il faut avoir les yeux de partout pour gérer au mieux le vent. Quand tout est bien mis en place, tu te retrouves à enchaîner des 10 et ce matin ça a marché. J’ai pu coller à ma démarche, j’ai encore envie de gagner des matchs, je ne suis pas là en spectateur. Je pense que la réussite que nous avons eue hier par équipe m’a portée aujourd’hui.

Le coach avait donné l’objectif de terminer dans les quatre par équipe. Mon objectif individuel c’était top huit des qualifications et top huit du classement final pour réintégrer à termes le top 10 mondial. L’objectif est à 90% remplis, je n’étais pas dans le top 10 aux qualifications mais il faut que les choses se remettent en place. Il faut encore que je retrouve des automatismes. Je ne les avais pas sur les qualifications mais ça revient petit à petit avec les matchs et cette qualification en finale.  La confiance revient également."

 

Benoit BINON - Entraîneur de l'équipe de France arc à poulies

"Fabien fait un bon parcours et une bonne manche de Coupe du Monde. Il n'y a qu’une seule flèche où on peut regretter un peu un 9 à la dernière volée. Sinon c’est plutôt bien, je pense qu’il a engrangé beaucoup d’expérience positive sur cette étape et que ça va l’aider à continuer de progresser. Il ne lui manque pas grand-chose pour gagner un échelon et je pense que ça va y contribuer.

Quant à Pierre-Julien, hier je disais qu’il pouvait faire des belles choses, il l’a prouvé, il est vraiment avec le bon état d’esprit et il fait les choses comme il avait souhaité les faire pour son retour dans la démarche, dans la manière de vivre les choses, dans la façon de tirer… Donc là c’est un parcours irréprochable, des matchs serrés contre de gros adversaires. Une accession à la finale gagnée sur un gros tableau avec la manière. Maintenant il faut récupérer, il y a deux médailles à aller chercher.

Ce n’est pas le même Pierre-Julien qu’il y a deux ans parce que tout le monde change et lui aussi de par les choses qu’il a vécues, de par les choix qu’il a fait … Ce qui est intéressant c’est qu’il n’a pas cherché à refaire comme avant, au contraire, il a cherché à gommer les petits points faibles qu’il a pu avoir même quand il était au top de sa forme. En plus c’est performant donc on peut penser que l’on aura sur la longueur un autre Pierre-Julien et qui en tout cas est tout aussi performant."  

Adiceom atteint les quarts et Valladont les huitièmes...

En arc classique, trois archers restaient en compétition au stade des seizièmes de finales.
Audrey Adiceom réalise un excellent parcours pour sa première participation à une Coupe du Monde en atteignant les quarts de finales et en marquant de précieux points au classement de la Coupe du Monde. Après sa victoire en 1/16 de finale face à l’Américaine Mackenzie Brown 6-4, puis en 1/8 face à la Britannique Naomi Folkard, tombeuse de Choi Misun, au terme d’un match haletant dans lequel après avoir été menée 5-1, elle finit par s’imposer au barrage 10-9. En quart de finale, la Riomoise n’a cédé qu’après un tir de barrage face à l’expérimentée Russe Xsenia Perova. Une nouvelle fois menée 5-1, Audrey a réussi à recoller au score à 5-5 pour cette fois s’incliner 9-10 sur la flèche décisive.

Chez les hommes, en 1/16 de finale, Thomas Antoine n’a rien pu faire face à Zach Garett (USA) intouchable et s’incline 6-0. Jean-Charles Valladont mené 4-0 face au Russe Baldanov, réagissait avec trois volées à 29 points pour l’emporter 6-4. En 1/8 de finale il rencontrait le revenant Coréen Im Dong Hyun, le match fut serré mais tourna vite à l’avantage de Im victorieux 7-1.
Valladont rentre de Shanghai avec quelques points dans son escarcelle. A noter la qualification surprise pour la finale du tout jeune Néerlandais Steve Wijler – 20 ans – qui affrontera Kim Woojin. La petite finale opposera Sjef Van den Berg à Im Dong Hyun. Dimanche l'équipe de France a encore un podium à aller chercher dans l'épreuve par équipe, les Bleus seront opposés aux Japon pour tenter de décrocher le bronze.

Chez les femmes cette première finale de la saison se jouera entre les Coréennes Chang Hye Jin et Ki Bo Bae et la petite finale entre Ren Hayakawa (JPN) et Xsenia Perova (RUS). En arc à poulies féminin, les deux têtes de série numéro 1 et 2 Sarah Sonnichsen (DEN) et Sara Lopez s’affronteront en finale, tandis que Sarah Prieels (BEL) et l’Indonésienne Dellie Threesyadinda tireront pour le bronze.

Jean-Charles VALLADONT :

« Sur le premier match j’ai eu du mal à me mettre dedans et à resserrer les flèches en cible. J’ai mal débuté, je perdais 4-0 et après je suis parvenu à retrouver de la précision pour enchaîner les 29. Le match d’après contre le Coréen je perds une fois à un point et ensuite on partage le set à 29. C’est dommage que je ne prenne pas les deux pour ré-égaliser un peu le match. Derrière il refait 29 et là à 5 à 1 je savais que ce serait dur. J’ai déroulé et au final je perds. Pour une première Coupe du Monde, ce n’est pas mal. J’ai marqué quelques points au classement général… Ça peut faire la différence. Après il faudra que je rentre une fois dans le carré final et dans les huit sur les autres manches et ça ira. J’ai repris l’extérieur il y a seulement deux mois, j’étais vraiment à fond sur la salle cet hiver. Donc il y a encore un peu de marge pour avoir une confiance complète. Parfois c’est encore un peu aléatoire et je dois travailler dessus. »

Texte : Laurence Frère - Propos recueillis par Julien Rossignol - Service Communication FFTA

Remonter